Centres de données et efficacité énergétique.

centre de données à haute performance énergétique

La consommation électrique des centres de données est presque systématiquement ignorée par les organisations qui les gèrent. Or les centres de données sont de grands consommateurs d’énergie et souvent une partie importante de cette énergie est gaspillée de diverses façons. De plus, les modèles utilisés traditionnellement pour évaluer leur efficacité sont inefficaces car ils sous-estiment largement les pertes.  Cette situation est due à plusieurs facteurs.

Les gestionnaires de centres de données ne sont pas conscients de la part de leur facture d’électricité mensuelle qui est consacrée à la gestion de données proprement dite. Puisque sur la facture ces dépenses sont jumelées aux autres dépenses énergétiques d’une organisation, il peut être difficile de se rendre compte de la quantité d’énergie importante qu’ils consomment. En fait, ces factures énergétiques sont considérées comme inévitables et peu d’efforts sont faits pour les réduire. Les preneurs de décisions ne sont pas informés adéquatement lors de la phase de la planification sur les conséquences de leur choix sur la consommation énergétique. Pourtant, la consommation énergétique des centres de données est si élevée que sur leur durée de vie elle peut dépasser le coût du système d’alimentation électrique, y compris de l’alimentation électrique sans interruption (ASI), et peut aussi dépasser le coût de l’équipement informatique lui-même. Les centres de données représentent par conséquent des opportunités d’économie non négligeables.

Modèle d’efficacité énergétique

Dans un modèle idéal, 100% de la charge fournie au centre de donnée serait utilisée pour l’exécution d’opérations informatiques. Toute charge utilisée à un autre usage est considérée “gaspillée”. Dans la pratique, cela est impossible. Pour être opérationnels, les centres de données ont besoin de transformateurs, de systèmes ASI, de climatisation, de ventilateurs, de pompes, d’éclairage, etc… tous des systèmes qui consomment de l’énergie sans être directement reliés au traitement de l’information. L’objectif est donc de réduire cette énergie “gaspillée” au minimum possible. En général, la portion de l’énergie qui est effectivement utilisée pour le traitement des données informatique représente 50% de la charge fournie.

Approches dans les centres de données

Il existe plusieurs mesures pouvant réduire la consommation des centres de données, certaines pouvant être implémentées gratuitement. Les centre de données utilisant des plateformes informatiques surannées pour archivage ou recherche sont nombreux. Il est utile de tenir un inventaire de ces systèmes et de mettre sur pied un programme de remplacement. Lorsque plusieurs vieilles plateformes sont utilisées, il est possible de consolider leurs applications dans de nouveaux serveurs. Il est possible de réaliser une économie d’énergie de 20% de cette façon.

Les serveurs modernes sont équipés de fonctionnalités gérant la consommation électrique. Ces serveurs réduisent automatiquement la charge électrique quand la demande diminue. Il est important que les utilisateurs soient informés au sujet de ces caractéristiques et qu’elles soient activées sur les serveurs. Les serveurs lame ont des blocs d’alimentation à haute efficacité. Leur design compact permettent d’économiser  aussi sur la consommation des ventilateurs.

La virtualisation est un moyen efficace de réduire la consommation des centres de données. Il s’agit de créer plusieurs serveurs virtuels en utilisant un nombre réduit de serveurs physiques. Cela permet d’éviter qu’un centre de données devienne surchargé de serveurs sous-utilisés. La réduction du nombre de serveurs nécessaires est presque toujours phénoménale.

Il est possible de réduire encore la taille de l’infrastructure physique d’un centre de donnée en adaptant sa taille à la demande. De toutes les mesures disponibles, il s’agit de celle qui a le plus gros impact sur la consommation électrique. Cette méthode a le potentiel d’économiser 50% sur la facture électrique. Pour cette raison, les compagnies misent de plus en plus sur des systèmes modulaires pouvant être agrandi suivant la demande.

Du point de vue de l’efficacité énergétique, le design du système aura un plus gros impact que l’efficacité individuelle des équipements. Les lacunes les plus fréquentes au niveau du design sont : les unités de distribution et les transformateurs fonctionnant bien en-dessous de leur capacité, les climatiseurs devant pousser l’air sur de longues distances et dans un espace en pression positive et les pompes de refroidissement dont le débit est géré par des valves de réduction. Ces problèmes peuvent doubler la consommation électrique nécessaire pour l’opération des infrastructures physiques.

Lors de la planification d’un centre de données, une étude orientée vers l’économie d’énergie tiendra compte des points couverts dans cet article. L’équipe d’Écovision sera heureuse de vous accompagner dans cette démarche.

Contactez-nous

Photo by Brett Sayles from Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seventeen − nine =

Discutons

Si vous voulez une consultation gratuite, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-bas et nous nous ferons un plaisir de vous contacter.






    FR